Le 12 octobre : tous à Acropolis !

18 sept. 2019

Le 12 octobre : tous à Acropolis !

Samedi 12 octobre à 20h, venez écouter la Symphonie n° 9 de Beethoven dans la salle Apollon d'Acropolis

UN MONUMENT DU RÉPERTOIRE !

La 9e Symphonie de Beethoven suscite une émotion exceptionnelle. Cette saison, elle retentira en majesté lors d’un concert événement de l’Orchestre Philharmonique de Nice au palais Acropolis.

 

En 2020, le monde musical célèbrera le 250e anniversaire de la naissance de Ludwig van Beethoven.

A l’Opéra de Nice, cette célébration a déjà commencé, sous l’impulsion de György G. Ráth. Avec l’Orchestre Philharmonique de Nice dont il est le directeur musical, le maestro hongrois poursuit en effet une intégrale des symphonies et des concertos du grand compositeur.

Dans le cadre de sa nouvelle saison, l’orchestre, à ce titre, donnera deux concerts (entre autres) qui devraient faire date, sous le signe du gigantisme somptueux dont Beethoven savait faire preuve dans son art. Avant sa Messe en ut majeur en février prochain, c’est la 9ème Symphonie qui va ainsi ravir le cœur des mélomanes le samedi 12 octobre dans la salle Apollon du palais Acropolis. Du haut de ses quatre mouvements aux harmonies éloquentes et complexes, l’œuvre est l’un des sommets de l’histoire de la musique. Inspiré par l’Hymne à la joie du poète allemand Schiller, son final se déploie en forme de chœur, comme une rosace d’accords et de voix au diapason d’une mélodie aux accents grandioses.

 

120 CHORISTES AMATEURS

Hautement symbolique, ce mouvement d’ensemble est devenu l’un des tubes du répertoire classique et l’hymne officiel de l’Europe.

Pour qu’il résonne dans toute sa superbe, le travail des choristes est essentiel. Deux formations chorales ont été invitées à se joindre au concert donné cet automne : le Chœur Philharmonique de Nice et le Chœur Philharmonique Musica Nova de San Remo. C’est Giulio Magnanini, le Chef du Chœur de l’Opéra de Nice, qui les dirigera pour l’occasion. « Ces deux Chœurs représentent un vivier de près de 120 choristes », précise celui-ci. « Des amateurs éclairés et passionnés qui ont déjà chanté avec l’Orchestre. Ils sont rôdés pour se produire sur des grands plateaux et partager avec le public des sensations fortes comme celles de la Neuvième par sa dimension universelle et vibrante, il y a un vrai sentiment de communion autour de l’ouvrage et de son apothéose chorale. Porter ce message de fraternité entre les êtres, véhiculer l’espoir dans un élan d’humanité… : depuis le début des répétitions en vue du concert, nous nous mobilisons pour exprimer tout ce qui fait le génie de Beethoven dans cette œuvre testamentaire ».

 

Par Frank Davit